Publié : 29 mars

#JDM 2017 4è2 E5

Mardi, jour "J" de l’installation :
- Mise en pratique de la maquette à l’échelle 1, à taille humaine.
- Temps de mise en place de l’installation 2h30.
- Cela semblait suffisant aux élèves mais il a fallut aller très vite.
- Karolina, la photographe professionnelle qui arrivait de Paris le matin même n’a pas eu le temps de souffler.
- Dès son arrivée, elle a été de lieu en lieu pour discuter avec les élèves, de leur travail et de comment, quel cadrage, de quel point de vue, de quel angle, le groupe voulait que certaines photos soient prises. Marion est passée de groupe en groupe.
Les élèves ont su travailler dans l’ensemble avec autonomie et responsabilité.
Dans une bonne cohésion de groupe, les différentes installations ont été mises en place et photographiées. Des photos avec les élèves en action et des photos sans élèves comme "TRACES MEMOIRE" de leur travail final.
Que devient l’oeuvre réalisée par chacun des groupes ? Est-ce les photographies restantes ? est-ce l’installation "in-situ" elle-même ???
Un groupe d’élèves m’a interrogé de manière presque dure l’après-midi en me disant : "des élèves ont jeté notre travail ? Il a disparu ???
Quand je leur ai dit que c’était moi qui avait désinstallé leur travail, ils se sont énervés :
Ils m’ont dit que "ça se faisait pas... que c’était leur travail et que je n’avais pas le droit de le jeter... que c’était du gâchis...le temps passé à le faire, tout ça pour rien et qu’ils étaient dégoutés... qu’ils pensaient que ça allait rester au moins jusqu’à la fin de l’année...qu’ils ne le feraient plus !
Je ne m’étais pas préparé à cette réaction.
Je leur ai répondu que l’oeuvre était l’image photographique, le journal, la démarche, les échanges avec les artistes...
On leur avait bien dit que c’était juste le temps de la matinée, mais ils ont tellement été dedans, impliqués dans le projet !
Leur réaction bien que négative dans un sens et en fait positive est une belle récompense pour tous les acteurs de ce projet.
Jeudi matin , c’est "l’EDITING" (édition), avec la venue d’un graphiste professionnel pour réaliser la maquette définitive du journal.
Merci à tous.

M. Prud’homme